top of page

Bilan lecture - Juin 2021

Juin est connu aux Etats-Unis comme le Mois des Fiertés, et j'ai voulu honorer cette tradition en consacrant une grande partie de ma Pile à Lire à des livres mettant en lumière les identités LGBTQIA+. J'y ai découvert de nouvelles auteurices à suivre, et des séries que je continue à explorer avec enthousiasme.


L'Incivilité des Fantômes, de Rivers Solomon · 2017 (2019)


Quand j'ai emprunté ce livre à la bibliothèque, j'ai trouvé le synopsis écrit bizarrement. Maintenant que j'ai lu le roman, je comprends pourquoi il est difficile de résumer L'Incivilité des Fantômes, car son scénario (une jeune femme survit dans un immense vaisseau spatial) n'est qu'une partie du tout. Je pense que la grande force de ce livre ce sont les voix des personnages, notamment Aster, le personnage principal (elle n'est pas la seule à raconter). J'admets que c'est la première fois que je lis un livre par un.e auteurice autiste avec un personnage principal autiste, donc je ne suis absolument pas à même de juger cet aspect. L'auteurice est aussi noir.e et non-binaire, et les questions de racisme et d'identité sont au cœur du livre. J'ai beaucoup aimé les représentations variées et la tension qui montait au fil de l'histoire, mais soyez averti.e.s, c'est un livre déchirant. Solomon s'inspire de siècles d'oppression de la part des Blancs et n'évite pas les recoins les plus sombres de cette histoire sombre et honteuse. C'est un livre qui se lit comme un cri, tout en célébrant la diversité des voix queers et noires, dans un univers de SF tourné vers le passé.


Rep : personnage noire et autiste, personnage genderqueer, personnage aro / ace.


TW : viol, agression sexuelle, esclavage, contenu médical.


Le livre et Sencha, une chatte tigrée noire et blanche, se reposent sur une couverture blanche, vus du dessus. Sencha regarde vers le haut.

Silver in the Wood, d'Emily Tesh · 2019


Si vous êtes là depuis quelques mois, vous avez peut-être remarqué ce titre dans l'aquarelle de mes livres préférés que j'ai faite en janvier. Oui, je relis ce livre moins d'un an après l'avoir découvert. Cette novella de fantasy inspirée du folklore autour de l'Homme Vert (pas le petit) est, à mes yeux, la perfection incarnée. Je pousse de petits soupirs de contentement toutes les deux lignes, les personnages sont doux et fiers en même temps, il y a un chat (qui survit) et une lady entêtée. Parfait.


Rep : personnages gays.


TW : armes à feu, kidnapping.


Une main blanche tient une liseuse montrant la couverture du livre, sous un érable vu par en-dessous.

Défaillances systèmes, de Martha Wells · 2017 (2019)


Y a-t-il un livre que vous n'êtes pas pressé.e de lire car vous savez déjà que vous l'adorerez?


Cela m'arrive souvent avec les livres de ma liste de souhaits, et en particulier avec Défaillances Systèmes de Martha Wells. Dès que j'ai découvert son existence, j'ai su que c'était un livre pour moi. Un cyborg qui souffre d'anxiété sociale dont la seule ambition est de terminer son travail au plus vite pour pouvoir regarder des séries dans son coin? Oui, oui, oui. Défaillances Systèmes est à la fois délicieusement drôle (et queer) et profondément émouvant, quand le livre interroge ce qui fait de nous des humains, et présente un personnage qui pour la première fois est considéré comme un être sentient. L'équation d'un nouveau livre préféré, sans aucun doute. Comme un croisement entre Le Mandalorien et IA.


Le livre est posé sur une étagère où les livres sont rangés tranche cachée. Un bouquet de fleurs séchées non identifiées est posé au premier plan.

Résolution, de Li-Cam · 2019


La littérature spéculative est riche en dystopies, mais avez-vous déjà lu une utopie?


Résolution, de Li-Cam, se présente plus précisément comme une eu-topie, du grec "topos" le lieu et "eu-", préfixe indiquant l'idée du bien (le même que J.R.R. Tolkien utilise dans son concept d'"eucatastrophe"). Le récit se déroule dans un futur proche, dans lequel le monde n'a pas échappé à l'effondrement mais une petite communauté, tels des irréductibles Gaulois, s'est créé une réalité utopique. Ce livre est profondément original sur bien des aspects : son thème, l'utopie, sa narration, alternant rétrospection, monologue intérieur et entretiens avec une Intelligence Artificielle, mais aussi son personnage principal, Wen, une jeune femme autiste qui partage en toute sincérité son regard sur le monde, entre détachement et tentatives de décryptement.


L'utopie que construit l'autrice est organisée autour d'une Intelligence Artificielle, Sun, dont la présence irrigue le roman alors même qu'elle est en panne pendant la plupart de l'histoire. Sun est née des observations et analyses de Wen, qui partageait sa vision du monde sur son blog pendant que la civilisation s'effondrait peu à peu autour d'elle. On est constamment pris en étau, en lisant, entre les bribes d'un écroulement passé pas si difficile à envisager, et cette communauté profondément bienveillante fondée sur l'adelphie et le partage. Une lecture à la fois déroutante et accessible, et qui fait réfléchir.


Rep : personnage principal autiste, aromantique, lesbienne. Personnages secondaires racisés.


Le livre est posé sur une surface en bois sombre. Quelques roses séchées cachent l'étiquette de la bibliothèque.


Every Heart a Doorway, de Seanan McGuire · 2016 (traduction à paraître en septembre 2021 : Les Portes perdues)


The Umbrella Academy rencontre The OA et La Mer Sans Etoiles dans ce livre de fantasy improbable qui se dévore comme un livre YA avec des éléments horrifiques.


Nancy est une adolescente de retour d'un voyage dans le monde d'en-dessous. Ses parents ne comprennent pas ce qui lui est arrivé. La seule certitude de Nancy, c'est que désormais chez elle ce n'est plus ici mais bien là-bas. Elle est alors envoyée dans un pensionnat pour enfants capricieux tenu par le personnage haut en couleur d'Eleanor West. Là-bas, Nancy rencontre des jeunes comme elle - qui n'attendent que le jour où ils pourront repartir.


On m'avait prévenue que ce livre était étrange, et je n'ai pas été déçue! Il m'a paru à la fois familier dans son environnement d'école pour élèves particuliers, mais aussi étrange et fantasque grâce aux aperçus que l'on a des mondes attendant de l'autre côté des portails. Ensuite, le livre s'est fait tout mignon parce que la plupart des personnages sont adorables, mais ensuite un meurtre s'est invité et c'est là que j'ai cessé de chercher une étiquette. La seule chose que je sais, c'est que je le recommande, et j'ai hâte d'attaquer le deuxième tome!


Rep : personnage principal asexuel, personnage secondaire transgenre, personnage secondaire japonais.


TW : meurtre, gore, transphobie (remise en question), relations familiales toxiques, personnage mégenré.


Le livre est posé sur une chaise ancienne devant un rideau gris-bleu.


Schémas artificiels, de Martha Wells · 2018 (2019)


Il ne m'avait fallu qu'une demi-page pour que le premier tome du Journal d'un Assassynth devienne un favori et une lecture doudou, donc je me suis plongée dans celui-là avec bonheur et confiance. Schémas Artificiels commence là où Défaillances Systèmes s'était arrêté et suit Assassynth qui se fraie un chemin à travers l'univers et les créatures sentientes qui le composent. Une fois de plus, le rythme est rapide mais prend le temps d'explorer les émotions du personnage principal ainsi que ses questionnements constants (ou ce qui lui fait lever les yeux au ciel), ce qui est un mélange réjouissant.


Le livre est posé sur une étagère devant des livres dont seule la gouttière est visible. Un bouquet de fleurs séchées non identifiées est posé au premier plan.

Fireside Fairy Tales, de Kate MacRitchie · 2021


Aimez-vous les réécritures de contes de fées et les histoires inspirées de légendes? Voilà un livre que je vous conseille. Fireside Fairy Tales (Contes de Fées au coin du feu) de Kate MacRitchie est un recueil de nouvelles enchantées qui puisent à la source du folklore écossais avec une bonne dose de féminisme. Ces histoires ensorcelantes de magie du quotidien ou de légendes qui prennent vie, incarnées par un groupe de femmes de tous âges, s'apprécie près d'une cheminée, dans l'étreinte d'un arbre tordu, ou au bord d'un ruisseau chantant.


Je vous ai déjà présenté ce recueil il y a quelques semaines sur Instagram quand Kate m'en a envoyé un exemplaire en exclusivité, mais désormais le livre est sorti donc vous pouvez vous faire votre propre avis! Il est disponible sur la plupart des e-librairies (si vous visitez Kobo vous y retrouverez mon avis).


une liseuse montrant la couverture du livre est posé en équilibre sur une pile de bûches dans un panier.


La Messagère du Ciel, de Lionel Davoust · 2017


Voici mon deuxième abandon de lecture de l'année! Ce livre est très bien écrit, avec des thèmes passionants et des personnages fouillés, mais il n'est tout simplement pas pour moi : trop compliqué, trop de discussions autour de la religion, et les descriptions de mutations sont bien trop détaillées pour mon confort.


Je veux quand même lui rendre hommage sur un point : bien que le monde décrit soit profondément sexiste, l'écriture ne l'est jamais.


CW : cruauté envers des animaux, mort d'animaux, horreur corporelle, bigoterie religieuse, sexisme (remis en question), violence, mentions de cannibalisme et de drogue.


le livre est posé sur une chaise ancienne près d'une fenêtre encadrée de rideaux à motif floral.


Les Oiseaux, de Daphne du Maurier · 1952


En voilà une histoire inquiétante! Je cherchais une nouvelle à lire avec une de mes élèves en anglais après "Coup de Gigot" de Roald Dahl (une excellente histoire), et me suis souvenue que Daphne du Maurier avait inspiré le film d'Hitchcock (que j'ai vu il y a fort longtemps). Le style de Du Maurier va droit au but, ce qui est appréciable pour des personnes qui ne sont pas encore très à l'aise en anglais, mais il crée aussi une atmosphère d'étrangeté qui donne des frissons. De ce dont je me souviens, le film est très différent, tant par ses personnages que son rythme plus lent. La nouvelle commence très vite avec des images horrifiantes, et elle parvient à maintenir la tension tout du long. Je la recommande!


TW : mort d'animaux et d'humains, confinement.


une main blanche tient une liseuse affichant la première page de la nouvelle.


Comment écrire de la fiction ? de Lionel Davoust · 2021


Sous cette couverture sublime se cache un condensé des découvertes, des conclusions et des sagesses accumulées par l'auteur pendant sa carrière d'écrivain. Le ton est résolument équilibré entre sérieux du propos, accessibilité et humour (parmi les meilleures parenthèses et notes de bas de page qu'il m'ait été donné de lire). Le contenu n'a pas révolutionné mon approche de l'écriture, car au fil de mes lectures et expériences, j'en suis souvent venue aux mêmes conclusions. Mais ce livre a l'avantage de les formuler avec une grande clarté et beaucoup de bienveillance. Un ouvrage que je recommande chaudement aux écrivain.e.s qui souhaitent faire de leur passion leur métier.


une main blanche tient un exemplaire du livre devant un fond sombre.


Trois Filles d'Eve, d'Elif Shafak · 2016


J'ai lu ce livre pour la première fois l'an dernier, attirée par le genre "dark academia" vu sous le prisme de la diversité. Le livre était passé très près de la liste de mes lectures préférées de 2020. Bonne nouvelle, il est tout aussi prenant et passionnant la deuxième fois! Vous y trouverez des éléments de mystère, une pincée de réalisme magique, des personnages nuancés, une belle diversité (notamment différents points de vue de jeunes femmes musulmanes), une superbe prose et des conversations qui font réfléchir.


Ce livre me donne l'impression de baigner dans la lumière d'une personne très charismatique et très cultivée, vous voyez le genre? Celles que l'ont peut écouter pendant des heures. C'est l'équivalent, en fiction, de ce que j'ai ressenti en lisant ce livre. J'aurais juste aimé que la fin soit moins précipitée, mais c'est sûrement parce que j'aurai pu lire le même livre en deux ou trois fois plus gros. J'ai beaucoup aimé le relire avec une amie!


TW : Islamophobie, religion, tentative d'agression sexuelle.

Moindre TW: grossophobie, tentative de suicide (mentionnée, non décrite), relation toxique, mort d'un enfant, cruauté envers et mort d'un animal.


une main blanche tient un exemplaire du livre devant une bibliothèque.

 

Pour des avis plus fréquents sur mes lectures, je vous invite à aller faire un tour sur mon compte Instagram (il n’est pas obligatoire de s’inscrire) : https://www.instagram.com/mariebreta/


Qu'avez-vous lu en juin?

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page