top of page

Bilan lecture - Septembre 2022

Aaaah, Septembre. Le mois de 2022 qui me faisait le plus peur. Avec beaucoup trop de travail du côté de la thèse, j'ai mis tout le reste en pause... Sauf la lecture. Parce que j'ai eu la chance de voyager beaucoup pour assurer tous ces engagements, et dans le train je ne suis capable que de dormir et lire. Pour autant, je n'ai pas une moyenne beaucoup plus élevée que d'autres mois, parce que le reste du temps je n'ai pas tant lu que cela.


A Discovery of Witches (Le Livre perdu des sortilèges), Deborah Harkness · 2011


Y a-t-il un meilleur moyen de se préparer mentalement à un séjour d'étude à la Bodleian Library d'Oxford qu'en lisant un livre qui se passe notamment à la Bodleian Library d'Oxord?


J'ai lu ce livre pour la première fois en 2018 en partant pour mon premier voyage solo à Oxford, et il m'a grandement aidée à gérer mon stress car Diana, le personnage principal, raconte précisément toutes les étapes pour entrer dans la bibliothèque. Cette fois-ci, 4 ans plus tard, je l'ai lu pour l'ambiance et pour me réconforter comme seule sait le faire la relecture d'un livre aimé.


C'est vraiment un roman divertissant, sans faire l'impasse d'une certaine profondeur. D'un côté, je l'aime toujours autant, et notamment parce qu'on peut tracer de nombreux parallèles entre les créatures et la communauté LGBTQIA+. D'un autre côté, ceci étant ma troisième relecture, je n'en pouvais plus du caractère surprotecteur et paternaliste de Matthew, notre autre personnage principal (heureusement son attitude est remise en question). J'ai aussi levé les yeux au ciel en me rappelant combien leur histoire était rapide et la direction qu'elle prenait (je ne veux pas vous spoiler!). Mais ce roman reste très, très divertissant - je me suis prise à glousser et à lire sans m'arrêter et à prendre un déjeuner chez Blackwell's juste pour faire comme Diana.


Après ce pavé, vous ne savez toujours pas forcément de quoi il est question. Diana est une historienne des sciences qui étudie les manuscrits alchimiques à la Bodleian quand elle rencontre Matthew, un vampire, alors que des créatures des trois types (sorcières, vampires, démons) se rapprochent inexorablement d'elle. La raison? Un mystérieux manuscrit... Il s'en suit une romance entre les deux protagonistes, dont je ne dévoilerai pas les détails, mais elle comprend des bâtiments avec beaucoup de caractère, du danger et beaucoup de passion.


Rep : couple lesbien secondaire.


CW : sang, meurtre, torture, mort de parents, attaques de panique, description de blessures, contenu médical, traque.


une liseuse montrant la couverture du livre est posée sur une table à côté de pivoines en fleur et en bouton.

Ring Shout : cantique rituel, P. Djèlí Clark · 2020 (2021)


Ce livre est sauvage, intense et inconfortable, et je suis sûre que tout ça est intentionnel. On est en Géorgie (USA) dans les années 1920 et le racisme a le vent en poupe. Maryse, notre protagoniste et narratrice, est occupée à chasser les Ku Kluxes, des monstres dissimulés sous les robes blanches des Klaners humains. Je ne veux pas vous en dire plus parce que l'auteur a plein de surprises très cools en magasin!


Une des choses que j'ai particulièrement aimées, c'est l'importance du langage et de la tradition orale. Maryse a sa propre façon, très spécifique, de parler, et les autres personnages représentent des degrés divers de patois et d'intersection entre l'anglais américain et d'autres langues. J'ai lu ce livre en français et j'ai été soufflée une fois de plus par le travail de Mathilde Montier, la traductrice de Clark.


Je souffrais de beaucoup de stress quand j'ai lu Ring Shout. Mais à chaque fois que j'ouvrais le livre, il me saisissait. Malgré les parallèles que l'on peut dresser avec Lovecraft Country, ce livre est tout à fait unique.


CW : mort d'un animal, violence graphique, racisme, mort, horreur, torture.


le livre est posé sur une chaise en osier, avec un sol de tomettes à l'arrière-plan.

Un Psaume pour les Recyclés sauvages, Becky Chambers · 2022


Je sais que je vous ai parlé de ce livre le mois dernier, mais je viens d'en lire la traduction française parue en septembre chez L'Atalante et je suis rassurée de pouvoir vous la recommander chaudement. Marie Surgers traduit à merveille la prose délicate, doucement ironique de Becky Chambers et tous les petits détails qui donnent un charme fou à sa novella.


L'histoire de Dex, frœur au service d'Allalae, dieu des petits conforts, qui quitte son monastère paisible pour servir du thé à travers le pays, m'a touchée en plein cœur. Dex est foncièrement bienveillant.e envers les autres, mais peut-être pas assez envers iel-même et cherche à travers ses différentes vocations celle qui constituera son but ultime, la raison de sa présence au monde. Son périple l'emmène au-delà des territoires réservés aux humains, où la nature ne connaît aucune limite et où vivent les descendants des robots qui, il y a fort longtemps, se sont Éveillés et ont déclaré leur indépendance.


Cette novella fait en quelques pages ce que des sagas en plusieurs tomes touchent à peine du doigt. Elle trouve un équilibre fragile et ô combien précieux entre légèreté (Dex est porte un regard assez incisif sur iel-même) et profondeur. Avec des mots tout simples, Becky Chambers accompagne nos questionnements profonds, sans apporter de réponse simpliste mais en nous assurant que nous ne sommes pas seul.e.s et que la plupart du temps, il suffit d'exister.


Rep : personnages principaux non-binaire pour l'un.e et agenre pour l'autre.


une liseuse montrant la couverture du livre est posée contre les dos de vieux livres.

Eutopia, Camille Leboulanger · 2022


Merci à Argyll pour le service presse!


Imaginer un futur désirable : voilà l'une des tâches que s'est données Camille Leboulanger dans ce roman. Penser l'utopie plutôt que répondre aux sirènes de la dystopie. On pourrait aussi dire : penser après la dystopie, car la déclaration d'Antonia, qui s'ouvre par l'article "Il n'y a de propriété que d'usage", est née d'une période sombre et d'un rejet des l'horreur à laquelle avait mené sûrement la notion de propriété. Pourtant, il est difficile d'identifier si le siècle précédant l'utopie est lui-même une dystopie, c'est-à-dire un futur plus ou moins proche, ou simplement notre présent sur lequel l'auteur jette un regard sans fard.


Toujours est-il qu'Eutopia s'ouvre sur un avenir profondément désirable, qui échappe aux conventions de la narration (quête, conflit) par l'errance douce de son personnage, sans attaches et donc profondément libre de suivre ses goûts et ses inspirations.


Ce roman aurait tout aussi bien pu être une thèse de philosophie économico-sociologique (j'invente des mots, hein) sur les possibilités d'une société ayant banni la propriété. Camille Leboulanger choisit d'en faire un roman qui invite à réfléchir en posant une suite de "et si?".


Cela fait deux livres que je lis coup sur coup autour du thème de l'utopie (celui-là et Un Psaume pour les Recyclés Sauvages) et j'ai beaucoup aimé les échos qui se créaient entre les textes sans qu'ils aient beaucoup de points communs!


Rep : personnage principal bi et poly, monde entièrement inclusif.


CW : mort et dépeçage de cochons pendant quelques pages (que j'ai allègrement sautées sans que cela ne nuise au reste du livre).


une main blanche tient un exemplaire du livre devant un buisson sombre.


Gallant, V.E. Schwab · 2022


Olivia Prior vit à l'orphelinat de Merilance. Tout ce qu'elle tient de sa mère, c'est son vieux journal, dans lequel Grace raconte sa descente lente mais inéluctable vers la folie. Son père n'est qu'une ombre : elle n'en a pas de souvenir. Il n'y a pas beaucoup de certitudes dans la vie d'Olivia, mais sa mère s'est assurée de lui laisser ce message : "tu seras à l'abri tant que tu ne t'approcheras pas de Gallant". Mais quand elle reçoit une lettre de son oncle vivant à Gallant, qui l'invite chez lui, c'est sûrement l'occasion ou jamais de s'échapper? Sauf si ses fantômes la suivent jusqu'à Gallant, et si de plus effrayants l'attendent derrière un mur au fond du jardin...


Pour un livre sur la mort et les fantômes, je l'ai trouvé plutôt doux et plaisant. Il est extrêmement atmosphérique, avec le cadre du vieux manoir assorti d'un mur en ruine un peu effrayant, rempli de fantômes et exhalant des ondes automnales bien que l'histoire se passe en été. L'héroïne a un fort caractère mais elle est aussi gentille, et même si je n'ai pas trouvé ce livre particulièrement original, c'était exactement ce dont j'avais besoin au moment où je l'ai lu et j'en suis vraiment ravie. La prose est simple mais poétique, et j'envisage de m'acheter un exemplaire de seconde main en anglais un jour parce que je le vois bien devenir une lecture saisonnière un peu doudou.


Rep : personnage mutique.


CW : mort (animaux, humains, parents, tout le monde est concerné).


le livre est posé debout près d'une pilea dans son pot blanc, à l'avant d'une étagère de bibliothèque.

Blood of Dragons, Robin Hobb · 2013


Ce roman conclut Les Cités des Anciens, la seule série des Royaumes des Anciens de Robin Hobb à compter 4 tomes au lieu de 3 comme les autres. Je comprends pourquoi il y en a 4, sachant que chaque tome a son propre arc narratif, mais je crois aussi que pour la plupart, les tomes auraient pu être un petit peu plus courts.


Lire un livre de Robin Hobb chaque mois me rappelle à la fois combien j'aime sa prose, et combien elle peut être répétitive. Il y a des moments où l'histoire s'étire un peu trop en longueur à mon goût, et pourtant je n'aime pas la précipitation. Ce dernier tome a quelques répétitions au début, mais contrairement aux deux précédents il ne s'étire pas du tout en longueur. Ici, les parcours des personnages se dirigent tous vers une forme de résolution. Une grande partie de Blood of Dragons installe les enjeux pour la fin qui est un peu précipitée à mon goût, et en particulier par contraste avec les parties plus lentes. Mais cela reste un roman très plaisant, et nuancé. On refait connaissance avec quelques personnages des Aventuriers de la Mer, mais seulement pour un court instant, donc cela ne dérangera pas les lecteurices qui commencent leur exploration des Royaumes des Anciens avec cette série.


A propos de cette question, justement : "où commencer avec Robin Hobb?", je me permets de vous rappeler que je lui ai dédié un article de blog (cliquez pour vous y rendre). Pour faire court, vous pouvez tout à fait commencer avec Les Cités des Anciens, mais vous l'apprécierez encore plus si vous avez lu Les Aventuriers de la Mer auparavant.


Rep : des personnages homosexuels dans une société inclusive mais au sein d'un monde où l'homosexualité est réprouvée. Pour ce qui est des représentations plus cachées : un personnage me paraît polyamoureuse, et une autre me semble aromantique (mais pas asexuelle).


le livre est posé sur une chaise en bois devant des rideaux à motifs gris.


A Prayer for the Crown-Shy, Becky Chambers · 2022


Dex et Omphale sont de retour dans le deuxième volume de la série de Becky Chambers (sa duologie?) et une fois de plus je suis infiniment reconnaissante à l'autrice d'offrir au monde ces câlins en forme d'histoire. Ce ne sont pas des livres faciles à résumer parce que le plus important ce sont les personnages et en particulier leurs interactions. A la fois Dex, moine puis moine de thé, et Omphale, le robot doué de conscience, se sentent un peu perdu.e.s, comme beaucoup d'entre nous, et les deux s'efforcent de trouver leur chemin dans la vie quand ce qu'iels pensaient être leur but ne l'est peut-être pas après tout.


La dédicace de ce livre est "A celleux qui ne savent pas où iels vont." Elle dit l'essentiel.


Avec cette duologie, Becky Chambers touche quelque chose de très précieux et pur, complètement raffiné jusqu'à ce que son essence brille de mille feux, et pourtant si facile à lire. On pourrait croire que ce sont les livres qui mettent fin à la littérature, parce qu'en tant qu'écrivain.e où va-t-on après avoir atteint le cœur de sa pratique d'écriture? Mais je crois que la réponse est dans les livres eux-mêmes, avec ces deux compagnons de route qui se demandent et demandent aux autres de quoi iels ont besoin et pourquoi iels continuent à poser un pas devant l'autre.


J'espère ne pas faire passer ces livres pour plus philosophiques ou moralisateurs qu'ils ne le sont. Parce que ce sont plus des bulles, avec leurs reflets infinis tenus dans une enveloppe des plus délicates.


Rep : personnages principaux non-binaire pour l'un et agenré pour l'autre.


CW : à part une partie de pêche, c'est un livre très safe.

une liseuse montrant la couverture du livre est posée sur un lit de feuilles mortes.

There And Back Again: The Map Of Tolkien's The Hobbit, Brian Sibley & John Howe · 1994


Que lisez-vous après un livre qui vous a profondément ému.e?


J'ai tendance à choisir une lecture la plus différente possible, et cette fois cela a été ce livre / objet d'art.


Cette couverture rassemble une grande carte du Hobbit peinte par John Howe, et un livret avec une introduction, un court essai et un glossaire par Brian Sibley. C'est un petit volume précieux, aussi joli à l'extérieur qu'à l'intérieur, avec sa carte et les dessins supplémentaires saupoudrés au fil du texte. Je le convoitais, ainsi que ses compagnons (les cartes de John Howe pour Le Seigneur des Anneaux et Le Silmarillion), depuis longtemps, donc j'ai été ravie quand une amie de Tolkiendil m'a offert son exemplaire qu'elle avait en double. Il occupera désormais une place de choix sur mes étagères, et préparez-vous à voir la carte en arrière-plan régulièrement!


le livre est posé à l'avant d'une étagère consacrée à Tolkien, à côté d'un bouquet de fleurs séchées.


 

Pour des avis plus fréquents sur mes lectures, je vous invite à aller faire un tour sur mon compte Instagram (il n’est pas obligatoire de s’inscrire) : https://www.instagram.com/mariebreta/.


Qu'avez-vous lu en septembre?

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page